Coupe du Monde 2018 : Griezmann, la montée en puissance d’un champion

Panoramic

L’image trottait encore dans un coin de sa tête. Brisée par un coup d’éclat d’Eder, la France s’inclinait en finale de son Euro. Un coup de massue pour Antoine Griezmann, qui n’avait pu retenir ses larmes. Une tristesse partagée par ses coéquipiers et tout un pays derrière sa vedette. Deux ans après, la France est championne du monde pour la deuxième fois de son histoire, et le doit en partie à son fantasque attaquant. Submergé par l’émotion, Grizi a une nouvelle fois laissé perler des larmes le long de ses joues. Acteur majeur d’un sacre historique, le natif de Mâcon a confirmé sa montée en puissance lors de la compétition.

La malédiction a bien pris fin
 

Libéré du poids du mercato avant l’entrée en lice des Bleus en Russie, Antoine Griezmann devait assumer son statut de leader et faire briller son équipe. Le Français devait également profiter de la compétition pour confirmer la fin d’une malédiction qui le poursuivait telle une ombre depuis bien trop longtemps. Malgré un talent indéniable, Grizou ne comptait qu’une Supercoupe d’Espagne à son palmarès à l’aube de la saison 2017-2018. Et pour cause, il était un habitué des défaites en finale, après des revers avec les Bleus à l’Euro 2016, et l’Atlético Madrid la même année en Ligue des Champions.

L’anomalie est désormais corrigée et n’est plus qu’un lointain souvenir pour Antoine Griezmann. L’attaquant a d’abord remporté la Ligue Europa avec l’Atlético Madrid avant de soulever la Coupe du Monde avec les Bleus. Un trophée que la France lui doit en partie.

Vidéo : Quand Antoine Griezmann interviewe Samuel Umtiti

Une Coupe du Monde complète
 

Attendu comme un cadre des Bleus en Russie, Antoine Griezmann est monté en puissance, comme il l’avait fait à l’Atlético Madrid cette saison. Auteur d’un début d’exercice moyen, Grizi avait remis les pendules à l’heure dès le mois de janvier en enchaînant les prestations grandioses. Il avait notamment marqué dans tous les matchs à élimination directe en Ligue Europa, avec un doublé en finale contre l’Olympique de Marseille.

Au Mondial, Antoine Griezmann a commencé tel un diesel : un but sur penalty face à l’Australie, des prestations décevantes contre le Pérou et le Danemark, puis l’apothéose. Une prestation aboutie face à l’Argentine, un match XXL face à l’Uruguay, une solidité impressionnante contre la Belgique et l'Homme du Match en finale contre la Croatie. « A partir des huitièmes de finale, on a vu le vrai Grizou. J'étais en pleine forme, a expliqué l’attaquant après l’heureux dénouement. Les matches à élimination directe, c'était pour moi. Au début de la compétition, j'étais fatigué par la préparation. Après, j'avais les cannes, l'envie. Je suis très heureux. » Une montée en puissance confirmée par Didier Deschamps, qui avait remplacé l’attaquant lors des cinq premiers matchs des Bleus en Russie, avant de lui faire jouer l’intégralité de la demi-finale puis de la finale.


Résultat pour Antoine Griezmann : quatre buts en Russie dont trois lors de la phase a élimination directe. Il termine co-meilleur buteur de l’Equipe de France à égalité avec Kylian Mbappé. Les deux joueurs sont d’ailleurs devenus les deuxièmes meilleurs buteurs français sur une même édition d’un Mondial, derrière Just Fontaine et ses 13 buts en 1958. Grizi est également entré dans le cercle très fermé des joueurs qui ont marqué en finale d’une Coupe d’Europe et d’une Coupe du Monde la même année. Avant lui, seuls Gerd Müller Jorge Valdano avaient réussi pareil exploit. Plus globalement, Antoine Griezmann a égalé Zinédine Zidane au nombre de buts inscrits dans les tournois majeurs avec les Bleus, dix.


En route vers le Ballon d’Or ?
 

Attaquant décisif, Antoine Griezmann a fait montre de toutes ses qualités en Russie. Au service du collectif imaginé par Didier Deschamps, Grizou n’a pas hésité à revenir défendre dans les moments les plus cruciaux et a montré une palette de jeu complète. Auteur d’une saison pleine en Liga avec 19 buts et 9 passes décisives en 32 rencontres, il a également ajouté deux lignes prestigieuses à son C.V. De quoi définitivement l’insérer dans la short list du Ballon d’Or, qu’il se disputera sans aucun doute avec Raphaël Varane, Luka Modric, Kylian Mbappé ou encore Cristiano Ronaldo. Pour le Français, pas question de crier victoire trop vite, comme il l’a confié après la victoire en finale : « Il y a des gens qui vont voter, on verra bien ce qui va se passer, il reste encore une Supercoupe d'Europe à jouer, j'espère la gagner. Mais maintenant j'ai surtout envie de profiter, de kiffer avec tous les Français et ensuite de passer de bonnes vacances en famille. Le Ballon d'or n'est pas entre mes mains


Auteur d’une montée en puissance remarquable tout au long de la saison avec un finale en apothéose en Russie, Antoine Griezmann se positionne pour le Ballon d’Or. En décembre, d’autres larmes pourraient ainsi couler sur ses joues. Pour son plus grand bonheur, et celui des Français. Une nouvelle fois.