Coupe du Monde 2018 : Giroud - Mandzukic, le match des 9

Reuters

Le travail défensif : égalité

La base du travail des deux hommes sur le terrain. Ils ont beau être des buteurs, Olivier Giroud et Mario Mandzukic sont reconnus pour leur abatage défensif et leur pressing sur les défenses. Très combatif, le Tricolore se nourrit comme le Croate de ce boulot de l’ombre. Cela se traduit par deux cartons jaunes pour l’avant-centre des Balkans, reconverti ailier à la Juventus, et un carton jaune pour le joueur de Chelsea.

Le jeu aérien : égalité

51 %. C’est le pourcentage identique des deux joueurs sur les duels aériens gagnés durant ce Mondial. Avec ses 1,92m, le Français est très légèrement plus grand que son homologue croate (1,90m) et chacun utilise à merveille sa détente pour dominer les airs. Contre l’Uruguay et la charnière Godin-Giménez, la performance majuscule de Giroud en haute altitude a grandement servi les Bleus, tandis que sa capacité à soulager la défense sur les coups de pied arrêtés défensifs n’est plus à démontrer.

Même chose pour Mandzukic, extrêmement compétitif dans les airs et très souvent visé par les ailiers et les latéraux de la sélection au damier sur les centres. Après le duo belge Lukaku-Fellaini, la paire Umtiti-Varane aura encore un grand défi à surmonter dimanche contre le Super Mario croate.

Le sens du but : avantage Mandzukic

Rarement servi dans des situations avantageuses jusqu’à la demi-finale contre la Belgique, Giroud a en revanche beaucoup gâché contre les Diables Rouges. Une inefficacité qui lui vaut d’avoir un compteur de buts toujours vierge, à la différence du joueur de la Juve, auteur de deux réalisations dans cette Coupe du Monde, face au Danemark en huitièmes de finale, puis en fin de prolongation contre l’Angleterre en demie, sur une action de pur renard des surfaces.

Le jeu collectif : avantage Giroud

Jeu en remise, en déviation, conservation du ballon : le rôle d’Olivier Giroud s’avère très précis dans le plan de jeu des Bleus. Mais à la différence d’un Mandzukic, parfois un peu frustre avec le ballon et qui dézone souvent vers le couloir gauche, où il est utilisé à Turin, le Tricolore évolue presque exclusivement dans l’axe. Cela lui permet de conserver une relation technique privilégiée avec Antoine Griezmann, quand l’attaquant Croate aime, malgré une pointe de vitesse aléatoire, prendre parfois la profondeur.

Conclusion : égalité

Difficile de départager les deux hommes. Si Mario Mandzukic compte deux buts et une passe décisive à son actif, contre une seule passe décisive pour le Français, le point d’ancrage que constitue Giroud est un élément majeur du dispositif tricolore. Ne manque plus qu’à l’ancien attaquant d’Arsenal de marquer pour valider son énorme investissement collectif dans ce Mondial. La finale arrive à point nommé pour cela.