Coupe du Monde 2018 - Croatie : Perisic, on ne l’attendait plus !

Reuters

Il aura fallu attendre la demi-finale pour revoir l’Ivan Perisic d’il y  a quatre ans ! Celui qui, lors du Mondial 2014, avait donné un mince sourire aux supporters croates, évidemment dépités après l’élimination de leur sélection dès le 1er tour. Car au Brésil, l’ailier alors âgé de 25 ans avait été brillant, inscrivant deux des six buts croates et en étant élu au passage par la FIFA deuxième joueur le plus performant de cette phase de poules.

Quatre ans plus tard en Russie, le joueur de l’Inter Milan est toujours titulaire en sélection mais a été bien discret depuis le début de la compétition. Eclipsé notamment par Ante Rebic, l’autre ailier du système en 4-2-3-1 ou en 4-3-3 composé par Zlatko Dalic. Avant cette demi-finale face à l’Angleterre, Perisic n’avait inscrit qu’un but en 5 matchs, face à l’Islande, lors d’une partie sans grand enjeu pour les Vatreni. Et pas de passe décisive à son actif alors qu’il reste sur une saison à 11 assists avec l’Inter Milan… 

perisic


Mais ça c’était avant cette inattendue demie du côté de Moscou mercredi soir… Car le n°4 de l’équipe au Damier a sorti une partition exceptionnelle et rappelé à tous qu’il était capable d’exploits à tout moment. Des buts spectaculaires, le natif de Split en a déjà inscrits un paquet dans sa carrière ! Et celui qui permet à la Croatie d’égaliser après l’heure de jeu lorsqu’il a devancé Kyle Walker grâce à une improbable et aérienne reprise acrobatique est entré derechef dans sa collection personnelle.

Le but de Perisic en vidéo : 


Sa seule frappe cadrée de la partie en 7 tentatives, même si, quatre minutes plus tard, sa frappe croisée du gauche après un crochet magique a tout de même trouvé le poteau de Jordan Pickford. Le gardien anglais n’a pourtant pu que constater les dégâts lorsque, en prolongation, Perisic remportait son duel aérien avec Kieran Trippier pour offrir une passe décisive à un Mario Mandzukic létal.

Perisic


La fin des espoirs anglais et un énorme soulagement pour l’ancien pensionnaire du Borussia Dortmund, logiquement élu homme du match par la FIFA. Ironie de l’histoire, c’est face à la France qu’il conclura ce Mondial, un pays qui l’avait accueilli douze ans plus tôt lorsqu’il a rejoint le FC Sochaux. Un passage en France de deux ans qui n’a pas été vraiment marquant sur le terrain, mais qui, visiblement, n’a pas été traumatisant pour lui.

« Même si je n'ai pas joué, ces deux ans en France restent un excellent souvenir pour moi, a-t-il affirmé en conf’ après la partie. Personne ne peut être plus heureux que moi de jouer contre la France en finale. J’ai vu presque tous leurs matchs. Ils ont augmenté leur niveau au fur et à mesure de la compétition ». Une euphorie que tenteront d’apaiser Benjamin Pavard et Lucas Hernandez car Perisic ne compte pas s’arrêter en si bon chemin maintenant qu’il est lancé… 

perisic