Reuters

Vettel contrarie Red Bull

Les Red Bull ont été coiffées par Sebastian Vettel lors des qualifications du Grand Prix de Singapour, ce samedi. Le pilote Ferrari a attendu la fin des épreuves pour se signaler.

"Pour être honnête, c’est une petite défaite aujourd’hui". Difficile pour Daniel Ricciardo de masquer sa déception. Elle est à la hauteur de la domination qu’exerce Red Bull à Singapour. L’écurie autrichienne a tout raflé depuis vendredi puisque l’Australien a remporté les deux premières séances d’essais libres avant que Max Verstappen ne l’imite lors de la troisième. Derrière, la concurrence est toujours restée dans le coup et c’est lors des qualifications qu’elle a brisé son hégémonie.

Au terme d’un tour d’anthologie, Sebastian Vettel a décroché la 49e pole position de sa carrière au volant de sa Ferrari. En Q3, l’Allemand a signé un chrono de 1'39"669 qu’il est parvenu à abaisser à 1'39"491 lors de sa dernière tentative. A la sortie de sa monoplace, Vettel a lui-même semblé surpris par sa performance. "J’ai crié, j’ai pleuré dans la voiture après avoir passé la ligne, a-t-il confié. C’est tellement d’adrénaline. Les Red Bull sont aussi rapides. Demain, ce sera une autre course. J’espère qu’on aura une voiture similaire à celle que j’ai utilisée aujourd’hui".

Vettel devance les deux Red Bull de Verstappen (à 0''323) et Ricciardo (à 0''349). "C’est juste dommage qu’on n’ait pas réussi à signer la pole, a regretté le Néerlandais. Dans le dernier tour, c’était proche. En course, ce ne sera pas simple de dépasser Sebastian Vettel". La lutte entre les deux écuries va reprendre de plus bel dimanche. "C’est demain qu’on doit remplir le contrat", prévient Ricciardo. Avec Mercedes, Lewis Hamilton, cinquième à 635 millièmes, n'a pas dit son dernier mot.


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement