Euro Hand 2018 - France-Espagne, parole aux défenses

Reuters

La balance est presque à l'équilibre entre la France et l'Espagne dans l'histoire de la discipline. Les demi-finalistes de l'Euro 2018, qui doivent se retrouver ce vendredi à partir de 18 heures, s'attendent inévitablement à un match engagé et serré à ce niveau de la compétition. Mais les Français ont-ils seulement quelque chose à craindre d'une équipe qui souffre depuis quelques années d'un petit complexe d'infériorité. Car si la France à remporté 37 confrontations contre 34 à son adversaire, elle a su en imposer sur les dernières rendez-vous importants.

Le quart de finale des Jeux Olympique de Londres remporté au couteau (23-22) a été suivi par une nouvelle victoire, cette fois en demi-finale de l'Euro 2014 (30-27), et une autre plus récente en demi-finale du Mondial 2015, au Qatar (26-22). L'avantage psychologique parle largement en faveur de Nikola Karabatic et consorts, qui ont préparé au mieux cette confrontation, ne serait-ce que pour éviter le piège de la facilité. "Le jeu espagnol est caractérisé par la faculté des joueurs à s’adapter aux situations, aux déplacements, aux défenseurs, à la position des pivots et à utiliser les espaces. Sans de véritables tireurs de loin, l’équipe espagnole joue très au près avec ses gabarits qui se situent dans l’évitement et les bons positionnements", prévient Guillaume Gille.

"Avant d’atteindre les demi-finales, les Espagnols ont connu deux défaites. Cela prouve leurs difficultés pendant la compétition"

Didier Dinart

L'adjoint du boss Didier Dinart témoigne que ces deux adversaires se connaissent par coeur, mais que l'Espagne a toujours cette capacité à se surpasser en défense, un secteur forcément clef pour espérer gagner des titres. "Défensivement, l’Espagne est très joueuse: elle tend des pièges, elle dissuade, elle ouvre et elle ferme les espaces, induit des courses… Les joueurs ont des savoir-faire assez fins. Ils sont assez experts dans l’art de lire l’attaque adverse, ajoute l'ancien international. Avant d’atteindre les demi-finales, les Espagnols ont connu deux défaites. Cela prouve leurs difficultés pendant la compétition, à nous de les identifier et de voir là où on peut faire mal". La confiance est donc de mise dans les rangs du champion du monde en titre, mais visiblement pas au point de prendre les Espagnols de haut.