Griezmann, ''le chouchou de beaucoup de femmes''

Reuters

Ne comptez pas sur Noël Le Graët pour mettre la pression sur l’équipe de France. Le président de la Fédération française de football n’a fixé aucun objectif pour la Coupe du monde 2018, il sait que les Bleus ne sont "pas la meilleure équipe du monde", mais que le groupe a "des qualités techniques au-dessus de la moyenne", qui a des chances d’aller en demi-finales, puis "on verra". Il a même réaffirmé que le contrat de Didier Deschamps, jusqu’en 2020, ne sera pas remis en cause en cas de mauvais parcours.

Le Costarmoricain est un dirigeant proche de ses joueurs. Il les adore, les admire, notamment pour leur comportement. "Ils sont très solidaires. C’est rare d’avoir une équipe aussi proche", clame l’ancien président de l’En Avant Guingamp, qui ne se soucie guère de la jeunesse du groupe: "Leur maturité est invraisemblable. Ces joueurs ont l’habitude de partir de chez eux très tôt, de se débrouiller seuls et ça se ressent. Les discours habituels, ils les ont entendus, donc ils vont parfois les modifier. Quand vous les interviewez, ce sont des adultes. Mbappé, 19 ans, il a des réponses très équilibrées. C’est une génération qui a l’habitude de communiquer".

Comme un supporter lambda, Noël Le Graët s’enflamme notamment lorsqu’il parle d’Antoine Griezmann. "C’est le chouchou de beaucoup de femmes, il est le bienvenu dans tous les foyers. C’est un garçon espiègle, intelligent, toujours souriant, avec une bonne bouille, alors c’est normal qu’il soit apprécié", lance-t-il au sujet de l'attaquant vedette de la sélection. Quant à Paul Pogba, il ne lui a pas demandé de se calmer capillairement parlant: "Ce matin, j’ai vu ce beau gaillard, je ne l’ai pas reconnu, il n’y avait plus de rouge, plus de vert. On n’a pas donné de consignes sur les coupes de cheveux". Le groupe vit bien, comme le veut la formule.