Desailly : "La Croatie a la capacité de trouver la faille"

Reuters

Quel est votre ressenti avant cette finale ?

Les Bleus d’aujourd’hui doivent se servir de notre match face à la Croatie en 1998. Les Croates de 2018 ont un peu le même type de génération que celle de l’époque avec les Boban, Suker, Stanic, Prosinecki. Il faudra être méfiant parce que cette équipe a la capacité de trouver la faille, la fameuse faille. Les Croates ont un projet pour contrecarrer notre jeu. On connaissait tous la qualité de cette équipe de Croatie en 98 et pourtant, on s’est laissé avoir. S’il n’y a pas de dépassements de fonction de nos joueurs, ils peuvent passer à côté de cette rencontre. Lilian Thuram a réalisé ce dépassement de fonction pour nous permettre d’aller chercher la gagne.

On peut faire un parallèle entre la paire Varane - Modric (Real Madrid) et Umtiti - Rakitic (Barcelone) et vous face à Zvonomir Boban, qui était votre partenaire de l’époque à l’AC Milan…

C’est toujours bien d’être alerté sur certains points forts de vos adversaires. Varane va pouvoir parler de Modric à ses coéquipiers, leur dire qu’il est capable de frapper aux 25 mètres instantanément, qu’il faut garder le pressing sur lui. Que Kovacic, s’il rentre, peut être dangereux. Sur Rakitic, même chose pour Umtiti. C’est un joueur qui semble lent sur le terrain mais en réalité, il oriente tout le jeu de son équipe. Il y a plein de petits détails à donner qui peuvent énormément servir à cette équipe de France.

En cas de victoire dimanche, Raphaël Varane peut-il postuler au Ballon d’Or ?

Tout joueur à vocation défensive ne peut pas prétendre à remporter le Ballon d’Or. Je crois que Varane a réalisé une très bonne saison… Je suis malheureux de dire cela mais aujourd’hui, Ramos est meilleur que Varane. Quoi que Varane fasse, il est encore un niveau au-dessus de lui. Même si sur cette compétition, Varane a gagné une maturité exceptionnelle ! Et le meilleur reste à venir pour lui. Mais parler de Ballon d’Or pour lui, c’est peut-être aller un peu trop loin.

La fatigue supposée des Croates, est-ce vraiment une bonne chose pour les Bleus ? Ou est-ce un piège de rencontrer une formation passée par tous les états depuis les huitièmes ?

Quand on se penche sur les matchs de l’équipe de France, on s’aperçoit que les joueurs de Didier Deschamps ont dominé tous leurs adversaires en deuxième période, sur le plan physique et athlétique. Donc j’ai le sentiment que oui, cela va jouer, surtout si la partie est serrée. Les Français devront profiter de cet avantage-là. Encore plus avec le jour de repos supplémentaire dont bénéficie la France. A l’heure de jeu, la fatigue se ressentira forcément pour les Croates.