Froome veut prouver son innocence

Reuters


Hormis quelques tweets, Chris Froome s'était fait très discret depuis l'annonce en novembre dernier de son contrôle anormal au salbutamol, survenu en septembre sur la Vuelta, trois jours avant sa victoire à Madrid. Le coureur britannique est sorti de son silence ce mercredi à l'occasion de son retour dans le peloton sur la Ruta del Sol (le Tour d'Andalousie). "Nous sommes au milieu de la procédure et il y a un processus mis en place pour que je puisse démontrer que je n'ai rien fait de mal. Je sais que je n'ai rien fait de mal et je compte bien le démontrer. Je suis le premier à vouloir que cette affaire soit réglée au plus vite", a ainsi déclaré le leader de la Sky, cité par Cyclingnews

"Son cas était très différent car il s'agissait d'une substance interdite, ce qui n'est pas mon cas"

Chris Froome

Chris Froome n'a pas pu être suspendu à titre provisoire par l'UCI car le salbutamol ne fait pas partie de la liste des produits interdits par l'UCI. Si son usage est censé lutter contre l'asthme, il peut également être utilisé, à forte dose, pour des pratiques dopantes. Le taux retrouvé dans les urines de Froome était largement supérieur à la limite autorisée. Mais l'Agence mondiale antidopage et ses spécialistes doivent rendre ses conclusions à l'UCI avant que cette dernière puisse prendre une décision à son encontre. En attendant, le quadruple vainqueur du Tour de France est donc bel et bien autorisé à courir, contrairement à ce qu'avait par exemple vécu Alberto Contador en 2010, après un contrôle positif au clenbutérol. "Son cas était très différent car il s'agissait d'une substance interdite, ce qui n'est pas mon cas", abonde "Froomey".    

 

 

Pour de nombreux coureurs et suiveurs du peloton, Chris Froome et son équipe, la Sky, auraient néanmoins dû prendre leurs responsabilités en prenant une mesure d'auto-suspension. "Je pense qu'il y a beaucoup de désinformation et beaucoup de gens qui ne comprennent pas nécessairement le processus qui a été mis en place et qui devait rester confidentiel (le contrôle anormal de Froome a été révélé par Le Monde et The Guardian et non par les autorités qui n'en avaient pas l'obligation). Beaucoup d'autres athlètes et coureurs ont eux-mêmes vécu la même chose, je ne demande pas le bénéfice du doute ici, je demande juste un processus juste", se justifie Froome.

Engagé sur la Ruta del Sol, sa première course de l'année 2018, le coureur de 32 ans espère monter en puissance pour disputer le Giro en mai et le Tour de France en juillet, où il visera un cinquième sacre, pour égaler le record d'Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain. Malgré la menace de cette suspension, Chris Froome confirme avoir bien pu se préparer pour atteindre ces objectifs élevés: "C'est sûr que ça a été dur, pour tout le monde, mais j'ai vraiment pris du plaisir à faire du vélo, j'ai passé de grosses heures durant l'hiver à me préparer pour la saison à venir... Evidemment j'ai des objectifs assez ambitieux cette année avec le Giro et le Tour, où je compte faire de mon mieux. Je ne vais pas spéculer pour le moment sur ce qui va arriver, je suis toujours aussi concentré sur la saison à venir et je vais être en pleine forme pour le début de la saison". Reste à savoir quel accueil lui réservera le public sur le bord de la route.