Talès, héros malheureux

ICON SPORT

Rémi Talès aurait pu être l'improbable héros de la finale de la Champions Cup samedi, à Bilbao. Troisième dans la hiérarchie des numéros 10 du Racing, le joueur de 34 ans est passé en quelques heures de cinquième roue du carrosse à pion essentiel du club francilien. Avec le forfait de Dan Carter avant le match et la grave blessure au genou de Pat Lambie après trois minutes jeu, l'international français (24 sélections) a été contraint de monter au jeu face au Leinster. Un scénario qu'il n'avait pas forcément envisagé il y a quelques jours, lui qui quittera le Racing cet été après trois ans sous les ordres de Laurent Labit.

Dans cette partie fermée et sans essai, Talès a eu la gloire au bout du pied. Ou du moins l'affection éternelle des supporters des Hauts-de-Seine. A un drop réussi juste après la sirène près, l'ancien Castrais aurait pu emmener son équipe en prolongation, avec une dynamique avantageuse pour faire plier le XV irlandais. Au lieu de cela, le coup de patte de Rémi Talès, pas assez bien exécuté, est passé à côté des perches pour des regrets éternels.

Laurent Labit a néanmoins refusé d'accabler le futur joueur de Mont-de-Marsan dans des propos relayés par Rugbyrama. "Si le drop était passé, on serait encore sur le terrain à faire des prolongations. Le joueurs ont pris leurs responsabilités. On assume ensemble cette décision". Effondré après cet acte manqué, le Racingman s'est sans doute demandé si commander une séquence supplémentaire avant d'avoir recours au drop n'aura pas été plus judicieux. Il est finalement resté droit dans ses bottes. "Non, je ne regrette pas. Je crois surtout que j'aurais pu le taper sur le coup d'avant, mais il y avait un joueur entre Teddy (Iribaren) et moi", a-t-il expliqué dans L'Equipe.

Le plus important pour Talès aujourd'hui, est d'encaisser rapidement cette déception. Le Racing aura besoin de lui à nouveau dans les jours et les semaines qui viennent. A commencer par le 26 mai prochain en demi-finale du Top 14 contre le vainqueur de l'opposition entre Toulouse et Castres. Il en va des chances des Franciliens de reconquérir le Bouclier de Brennus abandonné à Clermont la saison passée.