La Rochelle était trop diminuée

Twitter_@ChampionsCup

La Rochelle voulait savoir. Dix mois après sa première apparition en demi-finales du Top 14, conclue par un revers sur le fil face à Toulon, les Maritimes s’invitaient pour la première fois en quarts de finale de la Champions Cup. Pour leur première participation. Bien décidés, selon l’expression imagée de leur centre Pierre Aguillon, à montrer qu’"on n’est pas des pipes".

Le public gallois du Parc y Scarlets, comme dans toutes les enceintes visitées par l’équipe de Patrice Collazo à l’occasion de cette première campagne dans la grande Coupe d’Europe, a pu constater toute la valeur de ce bizuth. Sauf que ce séduisant Stade Rochelais accusait ce vendredi, à Llanelli, trop de handicaps pour contrer un adversaire pourtant à sa portée, si les cadres Victor Vito, Geoffrey Doumayrou ou Jason Eaton, tous forfaits, avaient pu répondre présent.

Encore trop tendre

Des absences auxquelles seront venues s’ajouter les sorties sur blessure dès le premier acte de Levani Botia (25e), le « Demolition Man », comme est surnommé le Fidjien outre-Manche, puis de Charles Bouldoire (32e). Pourtant, les Rochelais avaient su tirer les premiers. Si certains s’interrogeaient sur la première titularisation au centre d’Arthur Retière, le couteau suisse de l’ASR apporte déjà une réponse, décisif sur la première offensive pour porter, d’un petit par-dessus pour lui-même, le danger dans les 22 mètres adverses, avant que l’autre petit jeu au pied de Jérémy Sinzelle dans l’en-but ne profite à son capitaine Romain Sazy, le plus prompt à profiter du rebond capricieux pour aplatir le premier essai du match, validé à la vidéo (3-7, 9e).

Une entame idéale, sauf que les visiteurs manquent de continuité dans leur jeu. Et surtout vont se fourvoyer dans une indiscipline coupable. Pas moins de huit pénalités concédées dans cette seule période, qui vont faire le miel de Leigh Halfpenny, Champion d’Europe avec Toulon (2013). Quatre premières pénalités (5e, 12e, 19e, 26e) de l’arrière pour prendre le score à la pause, malgré la réponse d’Alexi Balès (12-10).

Et ce n’est pas la reprise, marquée par un nouveau coup de pied gagnant de l’inévitable Halfpenny (15-10, 46e), trop vite offert, qui a de quoi rassurer les supporters jaune et noir. Pourtant, La Rochelle va s’offrir son temps fort. On campe sur la ligne d’en-but galloise, mais le jeune Pierre Bourgarit, si séduisant depuis le début de la saison, « s’oublie » comme un peu trop souvent dans l’un des premiers grands rendez-vous de sa courte carrière (55e). La chance est passée… La fin de match sera galloise. Force restera à l’expérience, celle des Scarlets, qui jouent leur 142e match de Coupe d’Europe quand les Rochelais en sont seulement à leur septième apparition. Les deux essais de Rhys Patchell (63e) et Scott Williams (76e) scellent un score dur, mais logique, sans que la réalisation du jeune Pierre Boudehent (20 ans), vaine (29-17, 80e), ne prive l’équipe galloise d’une qualification pour une demi-finale à l’extérieur face au vainqueur du choc entre le Leinster et les Saracens dimanche (16h30).