Icon Sport

L'année magique du handball français

Avec deux titres mondiaux acquis la même année, le handball français est au sommet et compte bien le rester.

Une longue attente pour un si grand bonheur. Quatorze ans après son premier titre mondial, acquis en 2003 en Croatie aux dépens de la Hongrie (32-29 après prolongation), l'équipe de France féminine de handball a accroché une deuxième étoile sur son maillot en battant la Norvège (23-21), dimanche à Hambourg. Un exploit retentissant pour les Tricolores, qui, une fois le titre acquis, avaient pourtant encore du mal à réaliser leur performance: battre les championnes du monde et championnes d'Europe en titre, qui les avaient privées de titre six ans plus tôt au Brésil (24-32).

Krumbholz, la tête pensante

Ce succès est aussi celui d'un homme, Olivier Krumbholz, revenu au chevet d'une équipe de France convalescente après une 6e place au Mondial 2013 et une 7e en 2015 (sans oublier entre les deux une 5e place à l'Euro 2014). Depuis son retour, l'entraîneur mosellan, qui avait débuté son expérience sur le banc tricolore en 1998 avant d'être écarté en 2013, a fait carton plein: l'argent aux JO de Rio, le bronze à l'Euro et donc l'or aux Mondiaux en 2017. 

2017, une année faste pour le handball tricolore avec deux titres mondiaux en onze mois, ce qui n'était jamais arrivé dans l'histoire du sport collectif français. Il faut remonter à 1982 et au double sacre de l'URSS pour retrouver trace d'un pareil exploit en handball. De quoi envisager l'avenir avec sérénité, d'autant que se profile à l'horizon un championnat d'Europe organisé à domicile, presque deux ans après le sacre mondial à la maison des garçons. Le tournoi aura lieu du 29 novembre au 16 décembre 2018 à  Nantes, Brest, Montbéliard, Nancy et Paris. Forte de leur succès de ce dimanche, les Tricolores peuvent capitaliser sur leur nouvelle popularité pour faire de ce grand rendez-vous un événement majeur pour le handball féminin. 

 

 

 

 

LES BLEUES RETROUVENT L'OLYMPE !