Reuters

Borussia Dortmund : Christian Pulisic, ailier étoilé

Le prodige américain prend du galon outre-Rhin avec le départ de Dembélé et se montre déjà incontournable avec le club allemand. Jusqu’où peut-il aller ?

Si les Etats-Unis ont vu naître sur leur sol de talentueux joueurs de « soccer » (Landon Donovan, Clint Dempsey, Michael Bradley, Tim Howard chez les gardiens), aucun n’a su conquérir totalement le Vieux-Continent (n’est-ce pas Freddy Adu). C’est ce que s’attache pourtant à accomplir Christian Pulisic, tout juste 19 ans au compteur.

Sous le maillot du Borussia Dortmund, le milieu offensif, natif de Pennsylvanie, profite du tumultueux transfert d’Ousmane Dembélé vers Barcelone au Mercato pour s’octroyer une place dans le onze d’un Peter Bosz conquis par son joueur. « Il a un grand avenir devant lui. Je peux voir son talent chaque semaine. Il met beaucoup de rythme, il est très fort techniquement, il marque » décrit avec gourmandise le technicien néerlandais pour ESPN.

Un passage de témoin logique du côté du BVB, tant les promesses affichées par Pulisic sont alléchantes. De là à envoyer aux oubliettes la fantastique saison du Tricolore l’an passé ? Sur les 7 premières journées de Bundesliga, l’Américain d’origine croate (il possède la double nationalité) tient pour le moment la comparaison avec le Français.

Pulisic va vite, très vite

En club comme en sélection, Pulisic ne perd pas de temps. A 18 ans, il devient le plus jeune Américain à jouer un match de qualification pour un Mondial, lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, face à Trinité-et-Tobago. Mieux, à 17 ans et 253 jours, l’ailier devient le plus jeune buteur de Team USA en marquant face à la Bolivie le 28 mai 2016. Sous la tunique US, il affiche actuellement un ratio impressionnant de 8 buts et 7 passes décisives en 19 matchs internationaux.

Avec Dortmund, là encore, Pulisic redéfinit quelques standards : plus jeune buteur étranger de l’histoire de la Bundesliga, puis plus jeune joueur à inscrire deux buts dans deux rencontres de rang en championnat. En Ligue des Champions, Pulisic établie aussi un record de précocité en étant le plus jeune joueur du BVB à disputer une rencontre de Coupe d’Europe (devant Nuri Sahin). 

Pas de Russie pour lui

Grand espoir du football depuis son arrivée en Allemagne, le numéro 22 du Borussia est un diamant que s’attache à polir le staff du Signal Iduna Park. Lancé dans le grand bain par Thomas Tuchel lors de l’exercice 2015/2016 (9 matchs), Pulisic est monté en puissance la saison passée (29 matchs). L’éviction du coach de 44 ans n’a pas freiné son ascension au sein de l’équipe première, puisque aligné tantôt dans le couloir gauche ou droit de l’attaque, il a débuté six des sept premières journées de Bundesliga avec les Jaune et Noir.

Des parties disputées avec brio par le droitier d'1,72m : seul le milieu du RB Leipzig Naby Keita (21) réussit plus de dribbles que lui cette saison (20). A Dortmund, en concurrence avec Andrei Yarmolenko, Mario Götze ou Shinji Kagawa pour une place de titulaire, il est l’homme à avoir remporté le plus de duels sur les pelouses allemandes (90), tout en faisant preuve d’un déchet minime sur le terrain (86% de passes complétées, 58% de tirs cadrés).

Des statistiques qui se traduisent sur le pré. La pépite américaine, moins feu follet mais plus organisateur que Dembélé, fait preuve d’une science du jeu rare à son âge. Et c’est tout naturellement qu’il figure dans la sélection de Tuttosport pour le prix du Golden Boy 2017. Un talent que la Russie ne verra pas, puisque les USA ont échoué à se qualifier pour le Mondial 2018 dans la zone Concacaf. Une sortie de route prématurée pour les Star and Stripes. Un simple ralentissement dans la carrière déjà brillante de l'étoile Christian Pulisic.

@NicolasSarnak