Mossely dans les pas de Yoka

Le couple en or de Rio sera peut-être celui d’une réunion prochaine pour une ceinture mondiale. Comme Tony Yoka, son compagnon et père de son fils, Ali, né an août dernier, Estelle Mossely a décidé de basculer dans le monde professionnel, elle qui avait raccroché les gants après son sacre olympique carioca dans la catégorie des poids légers. "Je compte passer professionnelle l’année prochaine, dixit l’intéressée ce lundi à La Plagne, dans le cadre des Etoiles du sport. Cela signifie nouveau staff technique et nouvelle préparation, sans doute là où Tony s’entraîne aussi." Aux Etats-Unis, donc.

"C’est un projet personnel avant tout. J’ai eu à cœur de bien profiter de cette année de pause pour peser le pour et le contre quant à ma reprise, explique-t-elle, ainsi relayée dans les pages numériques du Figaro. Est-ce que je restais en boxe olympique ? Est-ce que je passais pro ? J’ai eu le temps de réfléchir. Et puis finalement, le fait d’avoir de nouveaux objectifs, comme celui de devenir la première boxeuse à la fois championne olympique et championne du monde chez les professionnels me motivait. Me lancer aussi dans une préparation à l’américaine m’intéresse beaucoup. C’est une autre approche du sport."

Estelle Mossely le reconnaît, alors que Tony Yoka vient tout juste de remporter son troisième combat parmi les pros, le parcours de son alter ego a pesé dans sa décision de reprendre la compétition. "Voir Tony sur le ring m’a démangé. Et depuis que j’ai accouché, je sens qu’il faut que je revienne." La jeune femme de 25 ans apprécie d’ailleurs les premiers pas de son homme dans le monde professionnel. "Jusqu’à présent, Tony domine son sujet et ses adversaires. Je lui souhaite évidemment que cela continue mais je pense que cela va se compliquer très vite. Devenir professionnel s’apprend doucement et Tony le fait très bien." Avec, manifestement, une petite idée derrière la tête: l’affiche partagée d’une future réunion. "Je réfléchis aussi à cela, avoue-t-elle. Cela dépendra avec qui je signe. Si c’est avec Ring Star, oui, ce sera le cas. Mais rien n’est décidé. J’en parle avec Tony car je ne veux pas qu’il soit gêné si je boxe avant lui ou inversement. Aux Jeux olympiques, nous l’avions très bien géré puisque nous avions été champions tous les deux."