Quelle désillusion pour les Bleus !

FIBA

Présents dans le top 8 du championnat d’Europe lors des neuf précédentes éditions, les Bleus vont manquer les quarts de finale pour la première fois depuis 1997. Une sortie de piste finalement assez logique au vu des prestations des hommes de Vincent Collet lors de la première phase en Finlande (3 victoires et 2 défaites), et qui ont confirmé leurs difficultés en s’inclinant contre l’Allemagne samedi à Istanbul (81-84).

Les Tricolores avaient pourtant largement les moyens de passer face à une équipe qu’ils avaient dominée en préparation, et contre qui ils menaient jusqu’au début du quatrième quart-temps…  "Ils sont revenus puis ils sont passés devant. Et on a fait tout ce qu’on pouvait à la fin, mais le match était déjà un peu parti. C’est malheureux et c’est vraiment dommage, parce que c’était un match à notre portée. On n’a pas su les maîtriser sur la durée, et leur adresse a beaucoup pesé", regrettait ensuite Vincent Collet au micro de Canal+Sport.

"Les quarts, c'était le minimum"

Rapidement menés (14-4, 5e), les Allemands, qui ne sont passés devant qu’à la 31ème minute (56-58), s’étaient pourtant montrés particulièrement maladroits, notamment dans l’exercice des tirs longue distance, à l’image d’un Dennis Schröder (21 points et 8 passes) d’abord méconnaissable et qui a pris feu après le repos, alors que Daniel Theis (22 points à 2/2 à 3 points, 7 rebonds) a lui montré pourquoi il avait été engagé par les Celtics. Et c’est surtout en défense que les Bleus ont encore pêché, alors qu’Evan Fournier a lui tout tenté dans le dernier quart.

Critiqué après son coup de sang face à la Slovénie, l’arrière du Magic a porté les siens lors du money-time, pour finir meilleur marqueur du match (27 points). Mais il n’a pas franchement été aidé, puisque seuls l’inusable capitaine Boris Diaw, tout proche du double-double (15 points, 9 rebonds et 5 passes), et Joffrey Lauvergne (13 points et 7 rebonds), à qui Collet avait pourtant préféré Kevin Séraphin dans le cinq de départ, ont dépassé les dix points.

Symbole de la faillite des Bleus, Nando De Colo (6 points et 4 passes), étincelant avec le CSKA Moscou ces deux dernières saisons, a été incapable d’élever son niveau de jeu, et a raté, à la dernière seconde, le tir qui aurait pu emmener les deux équipes en prolongation. "C’est forcément un échec. Les quarts, c‘était le minimum. Et il n’y pas qu’une chose qui n’a pas fonctionné", concluait un sélectionneur évidemment abattu, et qui pourrait bientôt s'interroger sur son avenir.