Reuters

Gasquet rate son quart

Stefanos Tsitsipas est entré à fond dans son match mercredi face à Richard Gasquet, au deuxième tour du tournoi de Doha, et il n'en est jamais sorti. Le Grec s'est imposé en deux sets (6-3, 6-4).

Cette année, on n’aura même pas eu le temps de s’enflammer pour Richard Gasquet. Après tout, c’est peut-être cette position plus dans l’ombre qui finira par lui réussir… Le Français n’a pas réussi à franchir le deuxième tour du tournoi de Doha, tombé sur un sacré os en la personne de Stefanos Tsitsipas (6-3, 6-4). On sait que le Grec de 19 ans, 91e joueur mondial, est un potentiel top 10 dans les années à venir. Mais quand on est 31e au classement ATP, comme l’est Gasquet cette semaine, ça n’excuse pas tout.

Incapable de se procurer la moindre balle de break, "Ritchie" n’a jamais vraiment réussi à s’extirper de sa ligne de fond de court, une fâcheuse habitude qu’on l’avait déjà trop vu adopter la saison dernière. Face aux coups de boutoir de Tsitsipas, ça n’a pas pardonné. C’est une base de travail pour Gasquet, mais on se répète au fur et à mesure des années: il va falloir arrêter de subir et prendre les matches à bras-le-corps. En vue de l’Open d’Australie, ce serait une évolution sympathique pour l’éternel espoir de 31 ans.

Tsitsipas: "C'est absolument fantastique"

Tsitsipas, lui, est exalté (sur beIN SPORTS): "C’est absolument fantastique, c’est difficile de mettre des mots. J’espérais un bon début d’année. Je joue vraiment bien, j’espère pouvoir continuer. Que c’est bon de se sentir si bien, j’ai confiance." Tsitsipas souligne notamment l’importance de son papa: "Il me suit en permanence depuis huit ou neuf ans, il a démissionné pour moi. C’est un sacrifice pour lui de venir à Doha, et il semble que ça paie. C’est vraiment agréable d’avoir la famille à côté de soi, d’avoir son père en tant que coach. C’est incroyable de vivre et de partager ça avec lui."

Il se mesurera à Dominic Thiem en quarts de finale, ce qui laisse d’autant plus de regrets pour Gasquet qui aurait pu connaître un vrai bon premier test cette année. Ce sera peut-être le cas pour Gael Monfils, qui a lui dominé Jan-Lennard Struff en trois sets (6-3, 1-6, 6-3) et retrouvera un autre Allemand en quarts, Peter Gowojczyk. Il sera encore favori et pourrait donc croiser la route de Thiem en demies. Mais il faudra déjà franchir le nouvel ogre Tsitsipas… A moins qu’il y ait plusieurs mondes d’écart entre Thiem et Gasquet, et que l’Autrichien parvienne lui à contenir tranquillement l’effronté.