Pas de miracle pour Naples

Naples devra se contenter de l'Europa League.

Naples, seulement troisième du groupe F de la Ligue des champions, devra se contenter de l'Europa League: l'équipe de Maurizio Sarri a été battue par le Feyenoord à Rotterdam (2-1) mercredi et n'a pas non plus reçu le coup de main espéré de Manchester City.

Aucune des deux conditions nécessaires à la survie des Napolitains en Ligue des champions - victoire aux Pays-Bas et succès de City - n'a donc été remplie et le suspense n'a même pas duré très longtemps.

Le match perdu face au Shakhtar à Donetsk lors de la première journée aura été le péché originel des Napolitains, qui avaient sans doute pris cette rencontre avec un peu de légèreté à une époque où ils semblaient marcher sur l'eau.

Ils n'ont jamais pu rattraper leur retard sur les Ukrainiens, qui ont bénéficié d'un calendrier favorable avec la réception mercredi de City, qualifié depuis longtemps, démobilisé et finalement battu 2-1.

Les Italiens auront des regrets au vu de la façon dont ils ont corrigé les Ukrainiens à Naples (3-0) et en se rappelant que Pep Guardiola avait dit que la Ligue des champions avait "besoin d'équipes comme Naples". Mais lui a une équipe et une saison à gérer et ses joueurs se remettront de leur défaite en Ukraine.


                  
Faiblesse récurrent 


                  
Pour Naples, l'espoir a duré une demi-heure et le but inscrit par Zielinski, qui remplaçait Insigne, absent sur blessure après 60 titularisations d'affilée, les avait mis sur le bon chemin dès la 2e minute.

Mertens puis Hamsik ont eu ensuite l'occasion de creuser l'écart mais c'est au contraire Jorgensen qui a égalisé pour le Feyenoord d'un beau coup de tête (33e), soulignant une fois de plus la faiblesse récurrente de Naples dans le jeu aérien.

Quasiment dans la même minute, le Shakhtar ouvrait la marque contre City et la situation de Naples devenait impossible.
Les joueurs de Sarri ont ensuite poussé mais sans grande conviction et les Néerlandais, réduits à 10, ont même trouvé le moyen de marquer un deuxième but, signé St-Juste sur corner dans le temps additionnel (90+1). 

Le Feyenoord, qui n'avait pas encore inscrit le moindre point dans le groupe F, en a inscrit donc trois d'un coup.

Naples de son côté est reversé en Europa League où il aura le droit d'avoir quelques ambitions. Mais après leur défaite contre la Juventus vendredi et la perte de la première place en Serie A, Marek Hamsik et les siens traversent décidément un mauvais moment.