Naples décroche, l'Inter s'éveille

Naples a été tenu en échec 1-1 sur son terrain par Sassuolo lundi lors de la 14e journée de Serie A et se retrouve encore un peu plus décroché des places de tête, alors que l'Inter Milan reprend quelques couleurs.

La Juventus Turin, leader, a bien été battue par le Genoa (3-1) dimanche mais elle était jusque-là la seule équipe de haut de tableau à avoir laissé filer des points. Les joueurs de Naples savaient donc qu'ils n'avaient pas le droit à l'erreur.

Mais ils n'ont pas réussi à faire la différence après avoir ouvert le score et cette 14e journée leur coûte cher : ils se retrouvent septièmes, à égalité de points avec le Torino.

L'équipe de Maurizio Sarri compte huit points de retard sur la Juventus, mais surtout déjà quatre sur l'AS Rome et l'AC Milan, les deux autres occupants du podium qui, eux, se sont imposés ce week-end (contre Pescara et à Empoli).

Naples avait pourtant marqué le premier but, grâce à une superbe frappe d'Insigne (42e). Mais l'égalisation de Sassuolo a été plus belle encore avec une magnifique volée du gauche de Defrel sur un très long ballon en profondeur (82e).

L'attaquant français âgé de 25 ans, qui n'est jamais passé par un centre de formation et a débarqué presque par hasard en Italie en 2009 alors qu'il jouait en 10e division en France, en est à six buts cette saison en championnat !

Naples a ensuite poussé très fort pour obtenir la victoire et Callejon a même frappé le poteau, mais Sassuolo (16e) a réussi à conserver ce point précieux.

Dans le dernier match de cette 14e journée, l'Inter Milan a enchaîné un troisième résultat positif d'affilée en battant la Fiorentina 4-2.

Les Milanais, désormais entraînés par Stefano Pioli, vont donc un petit peu mieux et en profitent pour dépasser leurs adversaires du jour à la huitième place.

Ils retiendront surtout une première demi-heure tonitruante lors de laquelle ils ont marqué trois fois, par Brozovic (3e), Candreva (9e) et Icardi (19e). L'Inter n'avait alors rien à voir avec l'équipe terriblement laborieuse qu'elle a été pendant tout le début de saison.

Mais la suite, pourtant jouée à onze contre dix pendant toute la deuxième période, a été beaucoup moins convaincante. La Fiorentina est ainsi revenue à 3-2 grâce à Kalinic (37e) et Ilicic (62e). Et il a fallu attendre le temps additionnel pour qu'Icardi boucle l'affaire avec un doublé.