Reuters

Nice-Monaco-PSG, la course de fond reprend

C'est la rentrée des classes en Ligue 1 et la course folle reprend entre le leader Nice et ses poursuivants, Monaco et le PSG...

C'est la rentrée des classes en Ligue 1 et la course folle reprend entre le leader Nice et ses poursuivants, Monaco et le PSG, avec un gros morceau d'emblée pour les hommes de Leonardo Jardim, qui se déplacent à Marseille dimanche soir.

Les Parisiens se rendent à Rennes samedi, tandis que les Niçois, qui n'ont plus que le championnat à disputer, reçoivent Metz dimanche après-midi pour le compte de cette 20e journée.
                  
PSG, les promesses de janvier                  

Paris a parfaitement lancé son année 2017 avec un festival contre Bastia en 32e de finale de Coupe de France (7-0), puis une victoire sans forcer face à Metz en quarts de finale de Coupe de la Ligue (2-0). Deux succès décrochés au Parc des Princes. "Je suis content de ce qu'on fait à domicile. Maintenant, nous devons nous améliorer à l'extérieur", a d'ailleurs souligné Unai Emery après le carton contre les Corses.

Son équipe a l'occasion de prouver que le message a été entendu dès samedi à Rennes, où le PSG n'a plus perdu depuis la saison 2011-12. 

Avec l'arrivée de Julian Draxler et son joli but contre Bastia et le retour en forme d'Angel Di Maria, peut-être piqué au vif par cette nouvelle concurrence, il y a comme un vent d'air frais qui circule dans l'équipe.

Encore faut-il confirmer ces bonnes intentions de rentrée en championnat où les Parisiens ont toujours 5 points de retard sur les Niçois. Rennes aussi a besoin de points. L'équipe entraînée par Christian Gourcuff reste sur trois matches sans victoire en championnat (deux défaites et un nul).

Nice, 100% Ligue 1                  

Est-ce ça qui va faire la différence à la fin ? Depuis dimanche et son élimination en Coupe de France, Nice n'a plus que la Ligue 1 à jouer et bénéficie d'un calendrier bien plus allégé que le PSG et Monaco en course sur tous les tableaux (championnat, Ligue des champions et les deux Coupes nationales). 

Les Niçois, toujours invaincus à domicile cette saison, seront privés de leur star italienne Mario Balotelli, suspendu, et de Younès Belhanda, blessé à un orteil et qui ne devrait pas faire son retour avant fin janvier.

Ils reçoivent un club de Metz (19e) très remonté contre la sanction infligée par la Ligue de football professionnel (LFP) dans l'affaire des pétards contre Lyon: deux points en moins et le match à rejouer. Le président messin, Bernard Serin, a reçu le soutien du syndicat des "petits" clubs professionnels, l'UCPF, qui juge cette décision "inadaptée" et "inique" car elle "punit un club sportivement sur des faits extra-sportifs". Serin n'a pas encore indiqué s'il faisait appel.

Monaco, un choc pour démarrer

Pour Monaco, "la reprise n'a pas été facile", a convenu le latéral Djibril Sidibé en conférence de presse vendredi. Les Monégasques ont commencé tout doucement avec des courtes victoires contre l'AC Ajaccio en Coupe de France (2-1) et face à Sochaux en Coupe de la Ligue (1-1, 4-3 aux t.a.b). 

Attention donc au déplacement à Marseille, qui reste sur quatre victoires de rang en championnat et sera revanchard après la gifle reçue à Monaco au match aller (4-0), soit la plus lourde défaite de l'ère Rudi Garcia.

Il risque en plus d'y avoir de l'excitation dans les travées du Vélodrome, sur fond de rumeurs d'un éventuel retour de Dimitri Payet, qui veut quitter West Ham. 

Les Monégasques ont de leur côté un mois de janvier relevé. Avec ce match à Marseille et un déplacement à haut risque au PSG le 29 janvier, un duel clé dans cette course de fond très disputée qu'est la Ligue 1 cette saison.