Reuters

Chapecoense - Il se blesse avant la finale, et échappe au crash

Alejandro Martinuccio est presqu'un miraculé: l'ailier argentin s'est blessé avant la finale et n'a donc pas pris l'avion avec ses coéquipiers de Chapecoense qui s'est crashé lundi soir dans le ciel de la Colombie, décimant l'équipe brésilienne.

Se blessure l'aura donc sauvée. Elle l'avait pourtant tout d'abord bouleversée comme l'a raconté mardi à la presse son père, Ruben Martinuccio car elle le privait de la finale de la Copa sudamericana face à l'Atletico Nacional. Une finale qui n'aura finalement jamais lieu.

Malgré ce petit miracle, la femme du joueur argentin a du mal à encaisser a expliqué Ruben, "elle est détruite, elle veut qu'Alejandro arrête le football et revienne (à Buenos Aires)". Le père du joueur a également rendu hommage aux coéquipiers de son fils dont la plupart a péri dans le crash de l'avion à l'approche de Medellin: "Ils tutoyaient les étoiles". 

"Ces gens étaient merveilleux", a souligné celui qui avait rencontré les joueurs il y a dix jours, lorsqu'il était aller rendre visite à son fils, sa belle fille et leurs trois enfants. "J'espère que tous ces jeunes sont dans la gloire de Dieu".

Un avion transportant 81 personnes, dont les joueurs de l'équipe brésilienne de Chapecoense, s'est écrasé en Colombie suite à des "pannes électriques". L'accident a causé la mort de 75 personnes, six ont survécu, dont trois joueurs de Chapecoense.