Mondial-2018 - Le Pérou ne dépend pas de Guerrero, assure le milieu Tapia

AFP

La sélection du Pérou, adversaire de la France au Mondial-2018, a peut-être perdu son capitaine Paolo Guerrero, suspendu pour dopage, mais elle "ne dépend pas d'un seul joueur", a indiqué jeudi le milieu Renato Tapia, sûr des forces de son équipe.

"Notre sélection ne dépend pas d'un seul joueur, nous sommes une équipe. Nous avons déjà prouvé que nous pouvions bien marcher sans Paolo, ni sans d'autres joueurs", a déclaré le jeune joueur du Feyenoord, 22 ans.

Tapia a estimé que Raul Ruidiaz ou l'expérimenté Jefferson Farfan peuvent aussi bien combler l'espace laissé vacant en attaque par Guerrero, même si l'absence de l'emblématique buteur a bien un "impact" sur l'effectif.

"Nous sommes très solides. La sanction a un impact de toute façon, mais cela n'est plus dans nos mains, quelque chose que nous pouvons faire pour lui", a commenté Tapia.

Guerrero a dû tirer un trait sur le Mondial lundi, quand le Tribunal arbitral du sport a alourdi en appel sa suspension pour dopage de six à 14 mois dans une décision qui a secoué tout le Pérou, impatiente de vivre sa première Coupe du monde depuis 1982.

Mercredi, le président du pays Martin Vizcarra a apporté son soutien au joueur et mis à son service l'aide de l'Etat pour contester sa suspension auprès du tribunal fédéral suisse.

Côté terrain, la sélection entraînée par Ricardo Gareca continue de s'entraîner avec 17 des 24 joueurs convoqués, en vue du match amical du 29 mai contre l'Ecosse à Lima.

Le technicien argentin a jusqu'au 4 juin pour envoyer à la Fifa la liste des 23 appelés pour la Russie, où son équipe affrontera le Danemark, la France puis l'Australie.