Reuters

Le football italien soutient la Nazionale

Plusieurs acteurs du football italien, de Dino Zoff à Mario Balotelli, ont apporté leur soutien à l'équipe nationale.

Alors que l'équipe d'Italie joue sa place en Coupe du Monde lundi soir (20h45) lors d'un périlleux barrage contre la Suède à Milan, plusieurs acteurs du football italien, de Dino Zoff à Mario Balotelli, ont apporté leur soutien à l'équipe nationale.

"Je suis tendu pour le match de ce soir parce que je n'ose pas imaginer un Mondial sans l'Italie", a déclaré à la Gazzetta dello Sport Paolo Maldini, 126 sélections avec la Nazionale, dont 74 comme capitaine.

Battue 1-0 à l'aller en Suède, l'Italie est en ballottage défavorable avant la deuxième manche ce lundi soir au stade San Siro.

"Ce sont des matches où il n'y a pas besoin de faire beaucoup, la motivation arrive naturellement. Parfois même, le trop-plein d'envie peut devenir un problème", a ajouté Maldini.

Mario Balotelli, qui n'a plus été appelé en équipe nationale depuis le Mondial-2014, a laissé un message vidéo sur son compte Instagram.

"J'aimerais que tout le peuple italien se réunisse pour soutenir l'Italie. Parce que c'est un match important, la Coupe du Monde c'est important. Les joueurs italiens l'ont méritée et mon message, c'est +restons unis et battons la Suède+. Zlatan, je suis désolé, mais cette fois, tu perds", a déclaré Super Mario.

'Ma femme est Suédoise' 

 

"On doit ramener cette qualification à la maison. C'est trop important pour l'Italie et pour tout notre football", a déclaré Eusebio Di Francesco sur la chaîne Mediaset Premium.

"Le plus important, c'est d'essayer de marquer vite le premier but. Pour notre propre confiance et pour transmettre de l'incertitude à l'adversaire. Après, le deuxième viendra", a estimé Dino Zoff, légendaire gardien de la Squadra Azzura championne du monde en 1982, au quotidien La Repubblica.

"C'est une chose d'être conscients de pouvoir réussir, c'en est une autre d'avoir la prétention d'être plus forts. C'est quelque chose dont nous sommes spécialistes en Italie", a-t-il toutefois prévenu.

Urbano Cairo, le président du Torino, a demandé des actes: "On ne doit plus parler. J'ai entendu trop de phrases optimistes, trop de +nous allons aller au Mondial+. Pour ça, il faudra marquer un but de plus qu'eux. C'est la seule chose qui compte, les mots ne comptent plus".

"D'habitude je suis optimiste. Mais aujourd'hui je le suis un peu moins", a-t-il dit.

Quant à l'entraîneur du Genoa Davide Ballardini, il a confié que le barrage s'était invité jusque chez lui. "Ma femme est Suédoise. On ne s'adresse plus la parole depuis vendredi", a-t-il dit à la Repubblica.


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement