AFP

Une femme au sifflet en Bundesliga la saison prochaine

C'est une avancée spectaculaire pour les femmes dans le football: l'Allemande Bibiana Steinhaus dirigera dès la saison prochaine des matches de Bundesliga, devenant la toute première arbitre dans l'un des cinq grands championnats européens.

Elle-même officiait jusqu'ici en deuxième division. En France, en Italie, en Angleterre, des femmes ont été arbitres de touche en première division, mais aucune n'a encore jamais tenu le sifflet. L'Espagne, elle, semble avoir encore du mal avec l'idée d'une femme arbitre dans le monde professionnel masculin.

C'est donc l'Allemagne, où le football féminin a depuis longtemps gagné ses lettres de noblesse, qui a franchi le pas en premier, en nommant cette fonctionnaire de police d'Hanovre de 38 ans parmi les 24 directeurs de jeu habilités à diriger les matches de Bundesliga la saison prochaine.

"Ca avait toujours été mon rêve", a-t-elle déclaré, "c'est d'une part une reconnaissance pour le dur travail qui m'a mené ici, et d'autre part une grosse motivation pour continuer ce travail".

"Evidemment je suis consciente qu'en étant la première femme arbitre en Bundesliga, je vais être observée de près par les médias et par le public. Mais je suis habituée à cette pression et je suis convaincue que je vais rapidement trouver mes marques", a assuré Mme Steinhaus, qui a dirigé 80 matches de deuxième division depuis 2007, et qui connaît déjà la première division pour y avoir été quatrième arbitre à plusieurs reprises.

Cette femme discrète, qui évite l'exposition médiatique autant que possible, a pourtant déjà fait les gros titres dans son pays. D'abord lorsqu'elle a révélé sa liaison avec le célèbre arbitre britannique Howard Webb.
                  
Etreinte par Guardiola                
                  
Puis en raison de deux incidents qui ont à l'époque agité la presse allemande. 

En 2014, d'abord, lorsque Pep Guardiola l'avait brièvement serrée par les épaules lors d'un match Mönchengladbach-Bayern en 2014, énervé parce que le temps additionnel qu'il réclamait ne lui était pas accordé. Alors quatrième arbitre, elle avait écarté calmement le bras du Catalan, évitant ainsi d'attiser la tension en fin de match.

La presse avait condamné l'attitude "inappropriée" du coach et souligné le flegme de Mme Steinhaus.

La saison suivante, en D2, elle avait expulsé Kerem Demirbay, qui jouait à l'époque au Fortuna Düsseldorf. Le Germano-Turc avait été sanctionné de cinq matches de suspension pour lui avoir lancé que les femmes n'avaient rien à faire dans le football. 

Son club avait ensuite condamné Demirbay -- qui joue aujourd'hui à Hoffenheim -- à arbitrer lui-même un match de football féminin.

Arbitre fédérale depuis 1999 et arbitre FIFA depuis 2005, Bibiana Steinhaus a officié sur les plus grands événements du football féminin. Elle a dirigé la finale de Coupe du monde 2011 en Allemagne (Japon - Etats-Unis 2-2, 3 tab 1) et celle des jeux Olympiques-2012 à Londres entre les deux mêmes équipes (victoire des Etats-Unis 2-1).

Elle est également désignée pour la prochaine finale de la Ligue des champions le 1er juin à Cardiff, entre Lyon et le Paris SG.

"Mon style d'arbitrage repose sur une communication intensive", explique-t-elle lorsqu'on lui demande de se définir comme arbitre: "Lorsqu'on échange suffisamment tôt sur les attentes réciproques, cela donne la bonne ligne de conduite à toutes les parties prenantes."

"L'empathie avec ses interlocuteurs", et "l'échange d'égal à égal" sont ses principes sur le terrain.

Elle assure cependant que sa façon de diriger un match n'est pas fondamentalement différente de celle d'un homme: "Nous cherchons tous à arbitrer de façon homogène en matière d'interprétation des règles, nous devons tous remplir les mêmes conditions de base".